Steinwasen Park — 1er juin 2016

Steinwasen Park — 1er juin 2016

Posté par Tony-Coasterrider
Navigation article

Introduction

De l'Alpine Coaster à volonté au coeur de la Forêt Noire !

En général

De nouveau en visite dans le sud-ouest du merveilleux land de Baden Württemberg, l'heure était désormais aux découvertes. Exit Europa-Park (et je ne pensais pas dire ça un jour, mais marre d'E-P en fait) et place à la nature et à l'air pur grâce à la Forêt Noire !

Cette célèbre zone touristique est bien connue pour son impressionnant relief et ses vallées boisées. Du vert des feuilles, du vert de l'herbe, il n'y a pas de doute, c'est le meilleur endroit pour du repos 100% naturel.

En terme de repos divertissant, deux endroits ont particulièrement la côte : le lac Titisee et Badeparadies. Pourtant, le 3ème endroit dont on va voir mériterait peut-être un peu plus d'attention bien qu'il ne cible pas le même genre de divertissement, ni de repos.
Bienvenue ! Pour la thématisation d'accueil, on se réfèrera surtout au paysage naturel derrière. =]
Installé en pleine Forêt Noire, Steinwasen Park est un endroit dont le dénivelé semble être d'une bonne centaine de mètres de l'entrée jusqu'au sommet. Le lieu épouse le relief ce qui lui permet de mêler activités sportives liées au terrain et parc naturel avec mini-zoo. 🙂 Un endroit idéal pour les petites familles et les jeunes, et pour les moins jeunes recherchant de l'apaisement. =]
La route bordant le parc longe un ruisseau naturel.
Ce relief, ce paysage ! 😍
Un autre ruisseau coule dans le parc. La nature est belle ici.
Le cadre naturel est juste hypnotisant et la même nature nous offre un paysage et un environnement digne des cartes postales. Le dénivelé est assez important, ce qui fait que certaines allées sont bien abruptes pour la marche, une bonne option pour des randonnées énergétiques. Ceci dit, pour atteindre les sommets, on favorisera très rapidement le télésiège. =] Aucune idée sur l'affluence des lieux en général mais sur cette journée, il fallait avouer que c'était extrêmement désert (un choix de date volontaire aussi, certes), disons pas plus d'une trentaine de familles sur les lieux. Bon, ça aura permis de profiter et déguster comme il se doit les petites merveilles locales.
Hallo.
Le pont suspendu à corde le plus long du monde, est bien plus impressionnant à regarder en vrai. =]
Y a un peu moins de 220 mètres à traverser, à 30 mètres de haut. =]
Vue plongeante depuis les points plus hauts du parc.
Certains préfèrent la mer, d'autres préfèrent les monts. Une chose est sûre : c'est si beau que ça en est presque surréaliste.
Pour les désorientés. 😜
Trouvez la bête.
Quoi de mieux qu'un tel environnement pour le confort des bêtes. 🙂
Les chemins du parc sont comme les routes d'accès aux cols : sinueux, et plus épuisants que jamais en descente. x)
On ne s'en rend pas trop compte mais ça descend beaucoup. x)
Un petit cerf, ou une petite biche. Pfff, je n'ai même pas fait attention...
Des mules qui se baladaient à l'aise sur les chemins du parc.
Un vrai parc-aventure !
Salut, Poséidon.
Une partie de la banquise du Gletscherblitz.

Coasterbahn (5 tours)

Premier sur notre chemin et dernier-né du parc, il est aussi un peu la raison de notre visite quant à la découverte du monde des "Alpine Coasters". 🙂 C'est donc lui qui ouvre le bal.
Ce lift est vraiment haut ! A faire passer ceux de B&M pour du ridicule en terme de taille. ;D
Même en cas d'affluence, je suis confiant quant au débit du ride. En effet, il y a bien plus de bobs qu'on ne l'imagine, même si ça ne prend pas autant de passagers qu'un train basique.
Quelques rappels. 😜
Quand on voit la hauteur et la longueur du lift en arrivant au parc, tous les gros Silver Star ou Shambhala peuvent remballer leurs crocs : c'est vraiment, vraiment haut ! Mais derrière, pas question de first drop ou de "plus rapide d'Europe" ou quoi, c'est surtout durée et paysage.
Coasterbahn aux côtés du Berg-Rodelbahn.
Le lift, c'est déjà 60% de la durée totale du voyage mine de rien, mais il faut gravir les monts pour redescendre. 🙂
On lift! Il faut entre 2 et 3 minutes chrono pour gravir toute la vallée.
Quand vous vous retournez en montée, si vous l'osez. =]
Le reste, c'est 800 mètres de descente plutôt constante avec quelques bosses et des hélices, qui ne sont pas très inclinées et qui se la jouent Wild Mouse en full speed. ;D
Une bien belle hélice !
Presque sexy, non ? =]
La première fois que je voyais les expériences d'Alpine Coaster, j'avais déjà en tête de vouloir traverser le parcours en tout schuss, c'est-à-dire sans actionner les freins. x) C'est donc ce que j'ai fait, même dès mon premier voyage mais je me doutais bien que ça n'accélèrerait pas plus au bout d'un moment. La cause : le rail central de freinage, qui semble maintenir l'excès de vitesse grâce/à cause des frictions des plaquettes du train (ou magnétisme ?). Ceci dit, ça n'empêche pas le véhicule d'atteindre les 40 km/h avec vous à bord comme responsable.
Durant un tour, on s'est tous retrouvé bloqués en haut du lift car on ne sait comment un bob s'est retrouvé en haut tout seul... Un membre du staff a dû monter pour prendre place sur le bob bloquant afin de libérer tout le monde. Car voilà : si on n'actionne pas les manettes vers l'avant, ça freine pas mal. =]
Maman qui arrive tout en douceur.
Voilà donc ce que ça donne un Alpine Coaster Wiegand sans freiner. =]
C'est très très agréable, reposant et sensationnel en même temps ! La longueur est très correcte et la durée du voyage en va donc de même. Libre à vous de ralentir pour saluer les quelques animaux autour du track, ou les narguer car vous allez plus vite. ;D

RiverSplash (2 tours)

L'unique water ride du coin, car ils en ont un ! Construit par ABC Rides, celui s'apparente à un mini-Oxygénarium mais avec un très ingénieux système de lift vertical. Bon, la hauteur n'est clairement pas des plus impressionnantes, mais le parcours reste mignon et les spirales font pas mal tourner la bouée. Certaines fois, on croirait presque sortir du parcours. x)
L'ingénieux lift. Dans la même veine que Matterhorn-Blitz, mais sans inclinaison.
Fonctionnement du lift.
Idéal pour toute la famille. 😀

Spacerunner (9 tours)

Incontestablement mon préféré du parc, en plus du fait que je ne soupçonnais pas son existence, ce fut donc une très très agréable surprise ! La dernière fois que j'ai embarqué sur ce genre d'engin, c'était en 2005 à Toverland avec Woudracer, autant dire : des lustres. Puis en plus là-bas, soit les bob de devant nous ralentissaient, soit c'était la pluie… alors qu'ici à Steinwasen, c'est full speed comme je l'ai toujours voulu ! Et quel pied, QUEL PIED !!!
[i]Soundtracker prêt pour le lancement.[/i] 🙌 Le light show avant le premier coup de boost est vraiment bien foutu !
Une partie du tracé vue depuis la sortie du Gletscherblitz.
Le parcours est plutôt long, et les deux phases d'accélération au début et en plein milieu sont délicieusement puissantes ! (Ça ralentit un peu au troisième virage, histoire de ne pas foncer dans le mur, sans pour autant freiner.)
Pis, si le tour n'était juste pas assez long pour vous, il suffisait de descendre, marcher quelques mètres pour remonter sur un autre bob. 😀
Un bob, un kart, un bobkart.
Par contre, je n'arrive pas à voir le rapport avec l'espace… M'enfin, même s'il n'y a pas de rapport, c'est pas mal fichu du tout !
Hallo. =] Vraiment difficile de lier le thème au coaster et au parc mais dans l'ensemble, ça reste appliqué au nom. 😜
Étrangement, un bon marathon à bord de ce truc ne me lasse pas, mais alors pas du tout. =] Le vent constant en pleine face, voilà ce qu'est du vrai ride - une vraie perle !
J'ai dû refaire pas mal de tours avant de sortir un truc potable. Soit, c'était un arrêt complet en plein milieu, soit trop de vibrations. x)

Gletscherblitz (3 tours)

Le Big Thunder local, en version Alpenexpress, enfin voilà comment je le vulgarise. =] Plutôt compact mais délivre de bonnes petites pointes de vitesses en descente, comme la petite drop post-station ou l'hélice finale. Effectue trois tours à travers la thématisation glacière, d'où son nom par ailleurs. 🙂
Difficile de trouver foule...
La déco associée n'est pas forcément maximale mais est bien au-delà du minimal, et est très très mignonne et bien appliquée ! Bravo pour l'effort de ce petit parc qui sait se débrouiller bien mieux que certains un peu plus grands, eh oui. ;D
Le yétiiiiii !
La déco sur la banquise au centre de l'hélice descendante.
Et contrairement à Alpenexpress, ce "blitz", cet éclair, effectue ses entrées et sorties de virage en toute douceur. C'est incroyablement confortable, fluide et sans accoup.
À toute alluge !
À noter que le staff gère Spacerunner et celui-ci "en même temps" : s'il n'y a personne qui se dirige vers le powered, il reste en bas à gérer le bob. Quand des passagers montent par contre, il nous suit pour lancer le bidule. Sous-effectif heureusement utile. =]

Sessellift (6 tours)

Traduction : télésiège. =] Pas besoin de plus de description, c'est extrêmement reposant et calme. De plus, on a vue sur la faune sauvage juste en dessous. =] Je ne l'aurais fait que dans le sens de l'ascension car la descente se fait d'une façon différente… x)
En terme de transport, ce genre d'attraction devrait être proposé dans plus de parcs, bien qu'on aurait un réel souci de capacité en cas d'affluence…
Ça monte... et les oreilles se bouchent à chaque fois. =]
Quelques facts.
Des sangliers parcouraient leur espace en dessous de nos pieds. 🙂 Bon, ça sentait un peu (beaucoup) le fauve tout de même... Ne faudrait pas qu'Astérix et Obélix soient dans le coin ceci dit. 😜
Les biches nous regardaient voler au-dessus d'elles sinon. x)
Cette attraction devient très vite indispensable pour la luge dont je vais maintenant parler. ;D

Berg-Rodelbahn (4 tours)

Certainement un des plus dangereux des lieux, je me souviendrai surtout de mon dernier tour. x)
Seul un parcours était ouvert aujourd'hui. Peut être marrant si on cherche à faire la course, quand les deux sont ouverts. 🙌
De même longueur que son récent frère, celui-ci ne comporte pas d'hélice mais profite pleinement du terrain de la vallée, et seul(e) vous, êtes maître du véhicule. Que dis-je : du skateboard. =]
Le véhicule n'a en effet rien à voir avec le confort et la sécurité du Coasterbahn : une planche pour 1 adulte, deux roues et quatre patins (deux gommes arrière, deux plastiques à l'avant). Ça suffit pour descendre à toute vitesse les 800 mètres.
La planche pliée. On peut remarquer les roues en gomme, les patins en plastique blancs devant, et les patins de freins en noir derrière. Six points d'appui au total.
Alors, quand je dis dangereux et skateboard, n'y a qu'à imaginer que vous dévalez un toboggan en skateboard, mais avec des freins, fort heureusement. Vous imaginez ? Vous êtes vraiment livré qu'à vous-même ! Dans les virages, vous ne faites donc pas forcément le malin et vous auriez mieux fait de tirer le pommeau vers vous plutôt que de le pousser. =] Parce que la force centrifuge appliquée ici est bien loin des confortables bob Mack ou Intamin : on croirait vraiment dérailler ou faire retourner la planche. x) Disons qu'anticiper les virages en se balançant légèrement d'un côté ou de l'autre peut sauver la mise mais ce n'est pas tout.

Vous pouvez tenter le tout schuss une fois que vous reprenez confiance en vous. M'enfin, confiance ou non, gardez votre bon sens ! J'ai vraiment cru que ma planche allait se retourner dans un virage en y allant full speed, ce qui aura valu à ma fesse gauche de slider quelques mètres sur le rail avant de pouvoir reprendre le contrôle. x) Petit coup de frayeur. 😅
À force de faire le guignol, un jour, on verra la planche revenir toute seule sans son rider à bord en fin de parcours… x) Ou inversement : on me verra revenir sans planche, les fesses directes sur le track. 😆
Du coup, je n'ai pas filmé on board car j'ai préféré avoir les deux mains sur le joystick, vous comprenez, histoire d'être un peu plus stable. 😜

Niveau technique, j'ai toujours cru qu'il y avait 4 roues en dessous mais non : seules deux assurent le roulement, et les deux patins en plastique glissent sur le toboggan. Malgré ça, ça prend de la vitesse considérable, et je n'imagine pas l'atterrissage en fin de piste si 4 roues étaient installées (si fin de piste est atteinte, éventuellement). 😝
Une fois tout en bas, les planches qu'on a utilisé sont automatiquement dirigées vers un téléphérique pour planches Wiegand qui les remonte automatiquement jusqu'au point de retrait tout en haut. En gros, ce truc peut fonctionner sans intervention humaine H24, 7 jours par semaine. Pretty.
M'enfin même si les humains étaient là, ils seraient bien vite épuisés à porter chaque planche tout en haut. Elles sont véritablement lourdes et pénibles à manipuler mais c'est ce poids qui permet d'arriver en bas aussi. Rien que la mettre sur le rail à la main est assez difficile et c'est ce qui en fait un peu un coaster self-operating.

4D-Kino

Un cinéma qui abrite surtout un simulateur de mouvements. Presque bien planqué, disons qu'il s'agit surtout d'une petite salle de cinéma dont les sièges, confortables, possèdent les capacités de mouvement d'un simulateur. ;D La ceinture quant à elle, est exactement la même qu'on retrouve dans les avions. 😛 Classe. ;D

Concernant la projection, c'est un petit tour de train de mine en 3D style Indiana Jones et le temple du Péril maya underground, sans looping, en avant et en arrière. Mignon dans l'ensemble, pas très en rapport avec tout ce que peut proposer le parc, mais assez sympathique pour la clientèle des lieux. Les secousses ne sont pas équivalentes à un Starspeeder non plus, mais passables.

Schwarzwald Kino

L'autre cinéma local était bien plus classique, sans 3D ni effets additionnels. Dans la langue locale (comprendre qu'on ne comprenait que dalle donc), le film semble tracer l'historique de Steinwasen Park à ses origines 320 millions d'années en arrière, c'est tout ce que j'ai pu retenir/comprendre en tout cas. x)
Après tout, Stein voulant dire pierre, pas étonnant de voir qu'un caillou soit mis en valeur dans le film. Caillou placé quelque part dans le parc qu'on n'aura même pas pris le temps d'aller saluer bien qu'on en parlait plusieurs fois… NUL ! 😣

Conclusion

Bien que la quantité d'activités soit assez limitée sur place et qu'on finit par faire rapidement le tour, les expériences de celles-ci sont d'excellentes factures !
Bien sûr, il ne faut pas espérer retrouver les mêmes sensations qu'un parc "traditionnel" peut proposer (on est loin d'Europa Park ou d'un Holiday Park car on n'est pas trop dans le même genre), mais ayant souhaité découvrir le monde des Alpine Coasters, j'ai été autant bien servi aujourd'hui en découverte qu'en expériences, même si mon coup de coeur se place sur un Bobkart qu'un véritable Alpine. =]

Mais rien que le cadre mérite son petit détour, et si ce n'est pas pour faire l'abruti à bord des "coasters", vous pouvez toujours vous taper la détente et passer des moments un peu plus câlins avec les animaux des alentours, contempler le merveilleux paysage de la Forêt Noire, ou faire une randonnée un peu extrême sur un terrain très abrupte.

Bon, à 23€ l'entrée par personne, c'est peut-être (un tout petit peu) cher, mais finalement, ça permet d'aider à maintenir et éventuellement améliorer la qualité de service du parc, même si le staff est déjà plutôt sympathique et souriant de base. 🙂

Le parc faisant la promo du Hasenhorn Coaster situé non loin de là, il va donc falloir songer à tester ce monstre d'acier long de 2,9 km prochainement. >=D

Galerie des médias

Commentaires

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment.
À propos de ce parc
Steinwasen Park
Allemagne - Baden-Württemberg
Il y a 3 montagnes russes en opération dans ce parc.
Les avez-vous déjà faites ? Vérifiez et enregistrez vos tours sur Coasterr1dd3n !
À propos de l'auteur
Tony-Coasterrider
Fondateur
Comptabilise 392 montagnes russes différentes à son actif.
Pensez-vous faire mieux ? Enregistrez vos tours sur Coasterr1dd3n et comparez !